Paperblog [critique] L'HERMINE -
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[critique] L'HERMINE

Publié le par Pauline Roux

Réalisé par Christian Vincent,

Avec Fabrice Luchini, Sidse Babet Knudsen, Corrine Masiero...

★★★★☆

Sortie le 18 novembre 2015.

[critique] L'HERMINE
Etre juré d’assise n’est jamais aisé. Tirage au sort, récusation, lourde responsabilité, ce rôle essentiel effraie. Dans L’HERMINE, vous serez juré de la cour présidée par Michel Racine (Fabrice Luchini). Focalisé sur ce personnage et son jury, le film nous enferme pendant le procès avec ceux qui tiennent le sort de l’accusé entre leur main et que tout oppose. Christian Vincent prend son indépendance du banal film de procès en changeant de point de vue. Rendre visible la machine judiciaire de la cour d’assise est rare, presque tabou, tant le secret qui l’enveloppe est grand. Le procès présente ici les seuls faits à la portée des jurés, projette ainsi le spectateur dans la peau d’un des leurs. Nous évoluons dans le film comme si nous faisions partie du jury. On assiste aux débats, aux questionnements, aux confrontations de point de vue. Cet aspect passionnant nous emmène en terrain fascinant. Mais le bouleversement vient d’ailleurs. Michel Racine retrouve parmi les jurés, Ditte (Sidse Babet Knudsen), médecin anesthésiste, qu’il a rencontrée quelques temps auparavant lors d’une hospitalisation. L’attirance qu’il avait eue alors pour cette femme magnétique ressurgit, contre toute attente. Ditte sort Michel de sa vie terne, de la grisaille de ses habitudes.

Etre juré d’assise n’est jamais aisé. Tirage au sort, récusation, lourde responsabilité, ce rôle essentiel effraie. Dans L’HERMINE, vous serez juré de la cour présidée par Michel Racine (Fabrice Luchini). Focalisé sur ce personnage et son jury, le film nous enferme pendant le procès avec des hommes et des femmes qui tiennent le sort de l’accusé entre leur main et que tout oppose. Christian Vincent prend intelligemment son indépendance du banal film de procès en changeant de point de vue. Rendre visible la machine judiciaire de la cour d’assise est rare, presque tabou, tant le secret qui l’enveloppe est grand. Le procès présente les seuls faits à la portée des jurés, projette ainsi le spectateur dans la peau d’un des leurs. Nous évoluons dans le film comme si nous faisions partie du jury. On assiste aux débats, aux questionnements, aux confrontations de point de vue. Cet aspect passionnant nous emmène en terrain fascinant. Mais le bouleversement vient d’ailleurs. Michel Racine retrouve parmi les jurés, Ditte (Sidse Babet Knudsen), médecin anesthésiste, qu’il a rencontrée quelques temps auparavant lors d’une hospitalisation. L’attirance qu’il avait eue alors pour cette femme magnétique ressurgit, contre toute attente. Ditte sort Michel de sa vie terne, de la grisaille de ses habitudes.

Fabrice Luchini n’a pas été aussi juste et précis depuis longtemps. Bien que son interprétation soit excellente, un Prix d’interprétation à la dernière Mostra de Venise paraît un peu excessif. Mais c’est avec un immense plaisir qu’on le voit, comme nous, fasciné par sa partenaire féminine, dont on avait déjà adoré l’élégance et la présence dans l’excellente série danoise Borgen. Nul besoin pour Sidse Babet Knudsen d’ouvrir la bouche pour remplir l’écran. Son intensité et son naturel font mouche. Luchini, dont on connaît pourtant la disposition à la volubilité et à un certain cabotinage, paraît sidéré. L’actrice danoise le contient et l’association est alors parfaite. La photographie, sobre mais un peu terne, capte les petits gestes, les hésitations qui rendent leur jeu si convainquant.

L’équilibre du couple porte à merveille le « volet » romantique qui finit par prendre le dessus sur le grave sujet du film. Un humour surprenant vient d’ailleurs ponctuer les débats. Le tribunal se situant dans le Nord, les dialogues jouent sur les accents, tandis que les confusions de certains témoignages virent à l’absurde et donc au comique. Corrine Masiero, encore une fois, est parfaite dans un second rôle écrit pour elle. Décidément, le naturel de l’actrice et la constante conviction avec laquelle elle aborde tous ses rôles est frappante.

L’HERMINE est la bonne surprise de la semaine, en nous faisant passer un moment aussi drôle et subtile que captivant.

Etre juré d’assise n’est jamais aisé. Tirage au sort, récusation, lourde responsabilité, ce rôle essentiel effraie. Dans L’HERMINE, vous serez juré de la cour présidée par Michel Racine (Fabrice Luchini). Focalisé sur ce personnage et son jury, le film nous enferme pendant le procès avec des hommes et des femmes qui tiennent le sort de l’accusé entre leur main et que tout oppose. Christian Vincent prend intelligemment son indépendance du banal film de procès en changeant de point de vue. Rendre visible la machine judiciaire de la cour d’assise est rare, presque tabou, tant le secret qui l’enveloppe est grand. Le procès présente les seuls faits à la portée des jurés, projette ainsi le spectateur dans la peau d’un des leurs. Nous évoluons dans le film comme si nous faisions partie du jury. On assiste aux débats, aux questionnements, aux confrontations de point de vue. Cet aspect passionnant nous emmène en terrain fascinant. Mais le bouleversement vient d’ailleurs. Michel Racine retrouve parmi les jurés, Ditte (Sidse Babet Knudsen), médecin anesthésiste, qu’il a rencontrée quelques temps auparavant lors d’une hospitalisation. L’attirance qu’il avait eue alors pour cette femme magnétique ressurgit, contre toute attente. Ditte sort Michel de sa vie terne, de la grisaille de ses habitudes.

Fabrice Luchini n’a pas été aussi juste et précis depuis longtemps. Bien que son interprétation soit excellente, un Prix d’interprétation à la dernière Mostra de Venise paraît un peu excessif. Mais c’est avec un immense plaisir qu’on le voit, comme nous, fasciné par sa partenaire féminine, dont on avait déjà adoré l’élégance et la présence dans l’excellente série danoise Borgen. Nul besoin pour Sidse Babet Knudsen d’ouvrir la bouche pour remplir l’écran. Son intensité et son naturel font mouche. Luchini, dont on connaît pourtant la disposition à la volubilité et à un certain cabotinage, paraît sidéré. L’actrice danoise le contient et l’association est alors parfaite. La photographie, sobre mais un peu terne, capte les petits gestes, les hésitations qui rendent leur jeu si convainquant.

L’équilibre du couple porte à merveille le « volet » romantique qui finit par prendre le dessus sur le grave sujet du film. Un humour surprenant vient d’ailleurs ponctuer les débats. Le tribunal se situant dans le Nord, les dialogues jouent sur les accents, tandis que les confusions de certains témoignages virent à l’absurde et donc au comique. Corrine Masiero, encore une fois, est parfaite dans un second rôle écrit pour elle. Décidément, le naturel de l’actrice et la constante conviction avec laquelle elle aborde tous ses rôles est frappante.

L’HERMINE est la bonne surprise de la semaine, en nous faisant passer un moment aussi drôle et subtile que captivant.

[critique] L'HERMINE

Fabrice Luchini n’a pas été aussi juste et précis depuis longtemps. Il livre une interprétation excellente, mais un Prix d’interprétation à la dernière Mostra de Venise paraît un peu excessif. C’est néanmoins avec un immense plaisir qu’on le voit, comme nous, fasciné par sa partenaire féminine, dont on avait déjà adoré l’élégance et la présence dans l’excellente série danoise Borgen. Nul besoin pour Sidse Babet Knudsen d’ouvrir la bouche pour remplir l’écran. Son intensité et son naturel font mouche. Luchini, dont on connaît pourtant la disposition à la volubilité et à un certain cabotinage, paraît sidéré. L’actrice danoise le contient et l’association est alors parfaite. La photographie, sobre mais un peu terne, capte les petits gestes naturels ou les hésitations qui rendent leur jeu si convainquant.

L’équilibre du couple porte à merveille le « volet » romantique qui finit par prendre le dessus sur le grave sujet du film. Un humour surprenant vient d’ailleurs ponctuer les débats. Le tribunal se situant dans le Nord, les dialogues jouent sur les accents, tandis que les confusions de certains témoignages virent à l’absurde et donc au comique. Corrine Masiero, encore une fois, est parfaite dans un second rôle écrit pour elle. Décidément, le naturel de l’actrice et la constante conviction avec laquelle elle aborde tous ses rôles est frappante.

L’HERMINE est la bonne surprise de la semaine, en nous faisant passer un moment aussi drôle et subtile que captivant.

                                                        Pauline R. 

[critique] L'HERMINE

Commenter cet article

Les partenariats de Carnets Critiques

Le Cinéphile Anonyme Le Blog du Cinéma

 

6 mai

Il était une fois en Amérique de Sergio Leone

Pyramide de Grégory Levasseur

Un peu, beaucoup, aveuglément de Clovis Cornillac

Partisan d’Ariel Kleiman

L'Armée des Ombres de Jean-Pierre Melville

Le Talent de mes amis d’Alex Lutz

Les Jardins du Roi d’Alan Rickman

L'Epreuve d’Erik Poppe

Hyena de Gerard Johnson

Melody de Bernard Bellefroid

My Old Lady d’Israel Horovitz

Ladygrey d’Alain Choquart

Titli, Une chronique indienne de Kanu Behl

Blanches colombes et vilains messieurs de Joseph L. Mankiewicz

13 mai

Girls Only de Lynn Shelton

Le Cercle Rouge de Jean-Pierre Melville

Naruto the Last - Le film de Tsuneo Kobayashi

Rétrospective Jean Pierre Melville

14 mai

Mad Max: Fury Road de George Miller

20 mai

Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin

Irvin Yalom, La Thérapie du bonheur de Sabine Gisiger

Umberto D. de Vittorio De Sica

L'Extravagant Mr Ruggles de Leo McCarey

27 mai

Maggie de Henry Hobson

Le Miroir d’Andreï Tarkovski

Allemagne année zéro de Roberto Rossellini

L'Ombre des femmes de Philippe Garrel 

 

 

En cours...

Shameless US  (Saison 6) sur Showtime
Brooklyn Nine-Nine (Saison 3) sur FOX
The X-Files (Saison 10 ) sur FOX , sur M6 le 25/02

10 février 2016

Fais pas ci, fais pas ça  ( Saison 8) sur France 2

11 février 2016

Grey’s Anatomy (Saison 12 ) sur ABC

14 février 2016

The Walking Dead (Saison 6 ) sur AMC                                            

15 février 2016

Better Caul Saul (Saison 2 ) sur AMC   

17 février 2016

The Newsroom (Saison 3) sur  Canal+ Séries           

24 février 2016

Vikings (Saison 4) sur Canal+ Séries             

4 mars 2016

House of cards (Saison 4 ) sur Netflix

6 mars 2016

Once Upon a Time (Saison 5 ) sur ABC    

7 mars 2016

Bates Motel (Saison 4 ) sur A&E                             

30 mars 2016

Empire (Saison 2 - 2ème partie ) sur la FOX    

1er avril 2016

Banshee (Saison 4 ) sur Cinemax 

24 avril 2016

Game Of Thrones (Saison 6 ) sur HBO

30 avril 2016

Orphan Black (Saison 4 ) sur BBC America

17 juin 2016

Orange is the new black (Saison 4 ) sur Netflix

Eté 2016

Master of sex (Saison 4 ) sur Showtime
Ray Donovan (Saison 4 ) sur Showtime

Rentrée 2016

Doctor Who (Saison 10 ) sur BBC1

The Affair (Saison 3 ) sur Showtime
The Leftovers ( Saison 3 ) sur HBO

Séries renouvelées, sans date de diffusion (courant 2016 ?)

Fargo (Saison 3)  sur FX
Homeland (Saison 6 ) sur Showtime
Sense 8 (Saison 2 ) sur Netflix

The Missing (Saison 2 ) sur BBC1
 

Top 20 Séries

de Carnets Critique

1. Breaking Bad
2. Downton Abbey
3. Game of Thrones
4.Mad Men
5. Sherlock
6. Borgen
7. Six Feet Under
8. Fargo
9.The Hour
10. Ainsi soient-ils
11. Wallander
12.Dexter
13.Lost
14. The Good Wife
15. 24 Heures Chrono
16.Fais pas ci fais pas ça
17.Desperate Housewives
18.100% Humain
19. Homeland
20. House of Cards

Newsletter

Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.

Archives

Liens